Protest Barrick
Home About us Issues International Campaigns Press Actions

Communiqué de presse: 28 manifestants pacifiques arrêtés après avoir été autorisés à occuper une mine d'or

Contact: Contact (en anglais): pour plus d'informations veuillez contacter:
Neville Chappy Williams, Mooka/Kalara United Families within the Wiradjuri Nation, Lake Cowal
+61 447 841 560

Natalie Lowrey, National Liaison Officer, Friends of the Earth Australia
+61 421 226 200

Manifestants arrêtés - +61 432 388 665
Lauren Campbell
Nectaria
Amanda Sekold

April 12th, 2009

12 avril, 2009

28 manifestants ont été arrêtés ce matin à la mine d'or de Barrick Gold à Lake Cowal, dans le sud-ouest de la Nouvelle-Galles du Sud. Ils avaient cependant reçu l'autorisation des occupants traditionnels de la région de Lake Cowal et environs, de la nation aborigène de Wiradjuri.

(Image: Activiste, Amanda Sekold, l’une des 28 manifestants arrêtés à la mine d'or à Lake Cowal. Photo par Fiona Lee)

Les manifestants ont pénétré sur le site à l'aube et ont franchi l’enceinte de la mine à ciel ouvert, pendant que les occupants traditionnels effectuaient une cérémonie du feu. D'autres manifestants ont bloqué les portes de la mine. Plus de 50 travailleurs attendaient patiemment avant le changement d’équipe.

"C'est nous, les occupants traditionnels, qui avons autorisé les manifestants à pénétrer sur le site", dit Neville Chappy Williams, qui représente les Familles Unies Mooka/Kalara de la Nation Wiradjuri, Lake Cowal, qui continuent depuis 10 ans à se battre en justice contre Barrick Gold. Barrick est l'entreprise minière la plus importante au monde..

(Image: Occupant traditionnel Wiradjuri, Neville Chappy Williams, qui est suivi par ses supporters sur le site de la mine. Photo: Fiona Lee)

"Nous avons demandé à nos supporters d'entrer sur le site de la mine pour porter témoignage de la destruction opérée et pour documenter l'impact qu’a la mine sur nos terres. Il est important que les Wiradjuri puissent continuer à accéder à nos sites culturels.

Lauren Campbell, qui s’était déplacée depuis Adélaïde jusqu’à Lake Cowal, a été arrêtée dans la mine.

"Avant d'entrer dans la mine, j'ai regardé des photos aériennes, mais cela ne m'a en rien préparée à la vue de la destruction causée par la mine sur le terrain. On a marché sur la terre Wiradjuri, on a marché dans la mine : cela nous a rappelé la raison pour laquelle on était là."

(Image: Des manifestants entrent dans la mine à ciel ouvert. Photo: Fiona Lee)

Une autre manifestante arrêtée, Nectaria, affirme: "On nous a inculpés d'intrusion, mais nous avions été invités par les véritables propriétaires, les Wiradjuri. Ce fait réduit à néant les déclarations des gouvernements fédéral et de l’État selon lesquelles ils ont à cœur les enjeux de l'environnement, de la santé et de la souveraineté aborigènes. Il démontre la poursuite du génocide culturel en Australie."

"Quand on est entrés, la police répétait sans cesse qu'on n’avait pas reçu l'autorisation de Barrick Gold. En disant cela, ils admettaient qu'on avait en revanche obtenu l'autorisation des occupants traditionnels Wiradjuri de la région de Lake Cowal", dit la manifestante Amanda Seckold de Melbourne.

Les manifestants ont entendu des agents de sécurité dire à la police que la mine fermerait au cours de l’année qui vient parce que les Wiradjuri et leurs supporters gagneraient leur cause contre Barrick Gold.

(Image: A l'aube, 15 manifestants bloquent les portes de la mine ; plus de 50 travailleurs attendent patiemment. Photo: Drew Misko)

"Les occupants traditionnels Wiradjuri de Lake Cowal ont le droit de protéger leurs sites culturels, le droit de protéger leurs cours d’eau traditionnels et le droit d'accéder à ce site. Leurs connaissances ont été transmises au fil des générations pendant des milliers d'années et ils peuvent nous aider à mieux comprendre comment prendre soin de cette terre pour les générations qui suivent," dit Natalie Lowrey, une chargée de liaison nationale d'Amis de la Terre Australie et ancienne militante pour Lake Cowal.

"Les dégâts infligés aux ressources aquifères constituent la pire des conséquences de l'extraction d'or. Les cours d'eau qui circulent dans les mines deviennent contaminés par le cyanure ainsi que par d'autres polluants du processus d’extraction, et les eaux acides s’épandent sur des rochers nus."

(Image: Des manifestants occupent la mine paisiblement pendant 4 heures avant se faire arrêter. Photo: Fiona Lee)

"On se demande pourquoi une mine telle que celle de Lake Cowal a jamais été autorisée au coeur du bassin Murray-Darling, où trois millions d'Australiens dépendent directement de son eau."

Les 28 manifestants arrêtés plaideront non coupables d’intrusion dans une enceinte clôturée du site de Barrick Gold à Lake Cowal.

(Trad. Jonathan Moylan)


 

Join our e-mail list